Bienvenue sur le site "Les Partisans de la France Libre"

Commentaire lucide et à chaud de François Asselineau
(Président de l'UPR), à 22 h le soir du 11 juin 2017 :

« La France est devenue un bateau ivre. Notre démocratie n’est plus qu’une démocratie de façade. La dictature s’est installée par la domestication complète des grands médias du pays et l’anéantissement médiatique et institutionnel des vrais opposants.
Cette campagne législative a été marquée par l’absence de toute campagne, de tout débat, et par des « erreurs » innombrables quant à l’acheminement des professions de foi et des bulletins de vote. Face à cet effondrement collectif, une grande masse des Français dégoûtés et privés de compréhension du fond du décor, a décidé de se soustraire à l’action collective et de se réfugier dans l’abstention.
La situation en ce 11 juin 2017 est donc particulièrement grave et sombre.
Tous les ingrédients sont réunis pour achever de plonger notre patrie dans un désastre historique. »

Pourquoi ce site ?

La situation géopolitique du Monde, que ce soit aux Amériques, en Afrique, en Asie, ou en Europe, notamment en France (comme on a pu le constater  avec des faits gravissimes), nous conduit à oublier l’option démocratique pour faire changer les choses.
Une caste prédatrice domine tous les domaines de la société, ce qui bloque les initiatives les plus pertinentes. Il ne reste plus beaucoup d’espaces de liberté pour s’exprimer, puisque même les réseaux sociaux sont visés par la Commission européenne.
Ce site sera le dernier garde-fou.

Le bonus surprise...

Propagande :

Nous Sommes Tous Manipulés Selon Un Ancien Officier De La DGSE

Actualité

Projet de loi antiterroriste

La Commission européenne déterminera ce que les gens seront autorisés à lire et à écrire
Une série de médias sociaux, dont Google, Facebook, Twitter et YouTube, ainsi que le géant des logiciels Microsoft, ont signé fin mai le code de conduite de la Commission européenne, dans lequel ils s’engagent à bloquer ou supprimer dans les 24 heures les messages qui incitent à la violence et à la haine. Dans un article d’opinion publié sur le site de Doorbraak.be Philip Claeys, ancien député européen et actuel vice-président du Vlaams Belang, émet son inquiétude au sujet de ces mesures :
« La question fondamentale est de savoir si c’est à l’UE qu’il incombe de déterminer ce que les Européens sont encore autorisés à écrire (et donc à lire) sur les médias sociaux, ou pas. […] Pourquoi cette attaque sur les médias sociaux, qui dépendent de la liberté d’expression ? Parce que le gouvernement n’en a aucun contrôle. Parce qu’il y a des informations, des opinions et des discussions qui sont exclues des médias traditionnels. Pensez aux agressions de masse sur des femmes allemandes à la veille du Nouvel An à Cologne et ailleurs. […] Personne ne voulait que cela soit connu, mais avec les réactions massives sur les médias sociaux, il n’a plus été possible d’étouffer l’affaire au bout de quatre jours ».
https://fr.express.live/2016/06/10/commission-europeenne-reseaux-sociaux-code-de-bonne-conduite/